la photographie en communication

​​

 

Si je vous dis... "lumière", que ressentez-vous ? Et maintenant, si je vous dis "moisi" ?

Il n'est plus à prouver que les mots nous procurent des sensations. Nous pouvons, à la simple évocation d'un même mot, ressentir toute une palette d'émotions qui influencent nos attitudes et nos comportements. Les publicitaires l'ont bien compris !

 

Mais plus puissant encore que le mot, il y a l'image... 

Or aujourd'hui plus que jamais, l'individu est sollicité de toutes parts, à grands renforts de mots et d'images : à la radio, sur internet et ses réseaux sociaux, via l'IoT (objets connectés), à la télévision, par des campagnes d'affichages, au moyen d'e-mailing et sms, etc. Les exemples et les moyens ne tarissent pas !

Il faut bien comprendre que lorsque l'individu est appréhendé uniquement comme un consommateur, il est réduit à l'échelon le plus bas de son humanité. Et c'est par ce biais que les stratégies de communication les plus pointues conduisent les grands groupes à étudier à la loupe et sous toutes leurs coutures, les comportements et réactions de chacun d'entre nous.

Cette interactivité que propose aujourd'hui le web et la digitalisation de notre environnement, associées à la connectivité de l'objet (de nos montres à nos systèmes de surveillance, en passant par nos thermomètres !) offrent sur un plateau notre intimité dans ses moindres replis, aux communicants. Ils ont désormais la possibilité de mesurer avec précision l'impact de leurs actions de communications sur les publics ciblés, c'est à dire nous. Une fois que ce qui "marche", ce qui nous "accroche" a été établi, ils ont le champ libre pour définir de façon extrêmement précise :

- que proposer ?

- à qui ?

- à quel moment ?

- où ?

- et comment le faire !

 

Et pendant ce temps, à l'heure de l'interactivité...

Paradoxalement, tandis que se déploie un tissage accru des liens sociaux, développés de façon plus ou moins artificielle au moyen d'interfaces et d'applications de plus en plus sophistiquées, nous sommes confrontés à un repli sur soi étendu de l'individu.

En effet, toutes ces sollicitations qui déferlent quotidiennement par milliers sur la majorité d'entre nous en viennent à étouffer progressivement les aspirations spirituelles qui sommeillent au fond de nous... Et ce constat effarant va de pair avec la croissance d'un besoin profond de l'individu, de se ressourcer, d'accéder au calme, à la paix, au silence... face au tumulte de ces sollicitations.

Lorsque je sors de chez moi, je croise comme vous bon nombre d'inconnus. Depuis quelques années, je m'étonne de voir de plus en plus de gens portant des oreillettes ou des casques. Au restaurant, il m'arrive de voir des couples ou des amis, assis les uns en face des autres, n'échangeant ni mot, ni regard. Chacun ayant les yeux rivés sur son smartphone... J'observe alors avec malaise ce spectacle étrange et gênant, en interprétant cette attitude par une projection : j'y vois des individus qui se mettent dans leur bulle.

Il me semble qu'il y a un lien de cause à effet entre cette déferlante de sollicitations intrusives que j'évoquais plus haut et ce que l'on pourrait interpréter comme un repli-sur-soi de l'individu, mais qui n'est autre qu'une fuite du réel

À combien d'entre nous semble-t-il désormais naturel de marcher dans la rue avec oreillette ou casque, relié à son smartphone ? Combien d'entre nous se sentent perdus lorsqu'ils n'ont plus de batterie ? Combien d'entre nous éprouvent cette sensation désagréable d'impuissance lorsqu'il n'y a pas de connexion possible à internet ? Combien d'entre nous ne conçoivent pas de s'endormir le soir avant d'avoir jeté un dernier coup d'œil sur sa boîte mail, son compte instagram ou sa page facebook ?

 

Le smartphone est devenu un prolongement de l'individu 

Comme le deviendront à terme tous les objets connectés, le smartphone est devenu le prolongement virtuel de l'individu. Ce qui contribue à nous couper de notre environnement sensible, de nos sensations, berceau de nos émotions et de notre imagination

 

Campagnes publicitaires et mass marketing dévoilent un autre visage

Travestis en sollicitations multiples par le son et l'image déployés sur les réseaux sociaux entre autres, les campagnes de publicité et le mass marketing se sont insidieusement immiscés au cœur de notre intimité... jusqu'à nous en rendre dépendants. Et cette assuétude, ou addiction, amène l'être humain, à l'origine naturellement porté vers l'autre, enclin à l'ouverture et au contact, à éprouver progressivement un écœurement silencieux de son environnement, une forme de lassitude du réel.

 

La photographie comme vecteur d'émotions...

Partant de cette réflexion, j'utilise la photographie en communication comme vecteur d'émotions. Avec la photographie, mon objectif est de reconnecter, ne serait-ce qu'un instant, l'humain à sa sensibilité, à son cœur, aux émotions qui forgent la partie la plus spirituelle et sensible de son être : son âme. Pleinement inscrite dans mes développements de stratégie de communication, j'emploie la photographie afin de toucher l'humain au cœur, refusant de réduire l'être humain à un statut de cible ou de consommateur

 

... pour sublimer la communication !

Il ne s'agit pas de tirer un trait sur la publicité ou la communication, bien au contraire ! Je suis convaincue que l'on peut leur redonner leurs lettres de noblesse en souscrivant à une démarche de communication positive et bienveillante.

 

Pour cela, je construis mes campagnes de façon à ce qu'elles suscitent des émotions positives et constructives pour l'individu, au lieu d'annihiler ce qu'il y a de plus précieux en lui. Saine et bien conçue, la communication réveille l'instinct de l'humain et développe son sens de l'observation du réel en lui montrant ce qu'il n'aurait pas vu autrement, en attirant son attention sur un détail, une expression touchante... en suscitant peut-être son émerveillement...

 

Vivifier l'être humain par la photographie

En inscrivant la photographie au cœur de la communication, je confronte l'individu au réel pour stimuler sa sensibilité profonde. Par la photographie, je cherche à convoquer ses émotions pour vivifier l'être humain !

 

C'est donc avec un regard poétique porté sur mon environnement, et celui de mon client, que je capture le réel afin de mettre en valeur l'image de son entreprise et les contenus de ses supports de communication. Pour chaque projet, j'emploie la photographie afin d'instaurer un univers unique, de camper un décor empreint de poésie, mais authentique : ni travesti ni artificiel. C'est ainsi que je m'attelle à mettre en lumière ce qu'il y a de beau, de bon et de poétique dans le sujet que je traite, pour en révéler la puissance et la grâce.

 

hortense rossignol, graphiste, Angers

06 33 10 63 32 - hortenserossignol@gmail.com

Please reload

articles récents

Please reload